Dépression chez le nourrisson: comment la repérer et la soigner.

Dépression chez le nourrisson: comment la repérer et la soigner.

Dépression chez le nourrisson : comment la repérer et la soigner ?

  • Même si cela reste rare, la dépression peut également toucher les nourrissons. C’est comme s’il naissait sans avoir un élan vital et sans avoir envie de découvrir le monde. Quels sont les symptômes de cette dépression infantile? Quelles sont les situations à risques ?
  • Repérer la dépression du nourrisson
    Comme pour les adultes, la dépression chez l’enfant reste sous-évaluée. Il est difficile de s’imaginer qu’un enfant qui vient de naître ou celui qui a entre 2 et 5 ans, puisse développer une maladie dérégulant son humeur.
    Cependant, et comme chez tout adolescent ou adulte, le bébé ressent des douleurs morales et du bien-être psychique. Si l’état de mal-être psychique persiste dans le temps, le bébé devient déprimé.
    Cette notion de dépression du nourrisson a été conceptualisée dès 1946 par le psychanalyste René Spitz autour des phénomènes induits chez des nourrissons en pouponnière par la privation de leurs mères.
    D’ailleurs on ne parle pas de dépression majeure chez un bébé, mais plutôt d’une “tendance à être triste”.
    Progressivement, l’enfant de 0 à 5 ans va :
    • Refuser progressivement d’interagir ;
    • Perdre l’envie du jouer ;
    • Etre passif par rapport à son environnement ;
    • Présenter des troubles anxieux fréquents (sensibilité, tristesse, nervosité, pleurs) ;
    • Souffrir d’une psychomotricité réduite ;
    • Subir une désorganisation psychosomatique avec une sensibilité accrue à certaines maladies ou certains troubles (pathologies ORL, troubles intestinaux, troubles du sommeil etc.) et perte d’appétit ou, plus rarement, boulimie ;
    • Présenter des troubles de développement moteurs et cognitifs.
    L’objectif ici est de repérer rapidement ces symptômes pour aller consulter un pédopsychiatre ou un psychologue qui fera le diagnostic et mettra en place, si besoin, un traitement adapté.
    En identifiant la dépression le plus tôt possible et en aidant les enfants à changer la façon dont ils traitent leurs émotions, nous croyons qu’il est possible de changer la trajectoire de la dépression.

N.B Si l’un des parents souffre d’une dépression, comme une dépression périnatale (avant et après la grossesse (dépression post-partum) chez la mère, le nouveau-né a plus de risque de souffrir de troubles de l’humeur, voire d’une dépression.

Partager Sur :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *