Autisme et bébé : quels sont les signes d’alerte ?

Autisme et bébé : quels sont les signes d’alerte ?

Troubles des interactions, de la communication verbale et non-verbale… Quels sont les signes d’alerte de l’autisme, mois après mois, qui doivent sensibiliser les parents au diagnostic ?

Certains comportements de l’enfant peuvent être associés à une forme d’autisme, même si les raisons et le développement de la pathologie restent un mystère pour les soignantes et soignants. Une seule chose est sûre : l’autisme n’est pas lié à la relation parent-enfant, ni au mode d’éducation.

Avant un an : quels sont les premiers signaux d’alerte d’une forme d’autisme ?

De 0 à 6 mois : est-ce que bébé sourit ?

Il est impossible de savoir si notre nourrisson est concerné par un trouble du spectre autistique au cours de ses six premiers mois. Toutefois, certains signes doivent nous alerter en tant que parents, parce qu’ils peuvent tendre vers une forme d’autisme ou vers une autre pathologie, qu’il faudrait également prendre rapidement en charge. Il est donc recommandé de le notifier à son ou sa pédiatre si on constate, par exemple :

  • une absence de sourire social (qui se développe le plus souvent à 3 mois) ;
  • une indifférence aux sons ;
  • des anomalies du regard : évitement, fugacité, regard vague ;
  • un défaut d’ajustement postural : bébé mou ou bébé raide.

Quels sont les premiers signes chez un bébé âgé de 6 à 12 mois ?

De la même façon, aucun diagnostic d’autisme ne peut être posé entre les 6 et les 12 mois de l’enfant, mais certains signes doivent être évoqués avec notre médecin, dont :

  • un désintérêt pour les personnes et les objets ;
  • bébé ne répond pas à son prénom ;
  • une aversion au contact physique ;
  • une absence de réactions joyeuses à l’arrivée des parents ;
  • une attention difficile à fixer, un regard difficile à capter ;
  • une absence de geste d’anticipation : ne tend pas les bras quand on va le chercher ;
  • une absence de babillage ;
  • une sensibilité exacerbée aux modifications de l’environnement.

De 12 à 24 mois : est-ce normal que mon enfant soit solitaire ? Comment savoir s’il s’agit d’un trouble du spectre autistique (TSA) ?

À partir d’un an, bébé peut habituellement faire passer un objet d’une main à une autre ou en tenir deux dans sa main. Le jeu devient sa préoccupation principale et il prononce ses premiers mots. En revanche, l’angoisse d’être séparé de ses parents est souvent de plus en plus manifeste. Si vous pensez que le développement de votre enfant n’est pas dans la moyenne, n’hésitez pas à échanger à ce sujet avec votre pédiatre.

Ces signaux peuvent vous alerter de la présence d’un trouble du spectre autistique s’ils ne se sont pas développés chez bébé entre sa première et sa deuxième année :

  • ne pointe pas du doigt ;
  • pas de présentation d’objet ;
  • semble ignorer les autres ;
  • préfère la solitude ;
  • impassibilité face aux tentatives de communication avec l’enfant ;
  • anomalie du jeu : absence de faire semblant 
  • langage limité, sans tentative de communiquer par la mimique ou le geste (par exemple : refus de saluer) ;
  • manipulation étrange des objets ;
  • mouvements inhabituels du corps (par exemple : balancements, battements rapides ou torsions des mains, cognements de la tête ou contorsions du corps tout entier).

À partir de 2 ans : quels sont les symptômes à surveiller ?

En moyenne, de ses 2 à ses 3 ans, votre enfant élargit son vocabulaire d’une cinquantaine de mots, il construit des tours de plus en plus hautes avec ses cubes et il s’intéresse de plus en plus aux autres enfants. Ces signaux peuvent vous alerter d’un développement anormal :

  • absence d’intérêt pour les autres enfants ;
  • auto ou hétéro-agressivité sans cause apparente ;
  • pas de phrases de 2 mots ;
  • langage dont l’objet n’est pas de communiquer (l’enfant ne peut pas recourir au langage pour demander quelque chose) ;
  • tendance de l’enfant à répéter ce qu’on lui dit ;
  • façon inhabituelle de parler (voix atone, arythmique, criarde, chantante…) ;
  • préoccupation persistante de certaines parties d’objets ;
  • attachement à des objets inhabituels ;
  • fort chagrin face au changement d’éléments insignifiants de l’environnement ;
  • insistance déraisonnable à poursuivre les actes routiniers strictement et dans le détail.

Que ce soit durant les premiers mois ou à deux ans, ces signes doivent attirer l’attention des parents, mais ne permettent pas de poser un diagnostic complet d’autisme. Même si certains enfants présentent un ou plusieurs traits présentés ci-dessous, cela ne signifie pas forcément qu’ils sont concernés par un trouble du spectre autistique.

Partager Sur :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *