Quels sont les aliments à éviter pendant l’allaitement ?

Quels sont les aliments à éviter pendant l’allaitement ?

Pendant la grossesse, nous sommes innondées de conseils nutritionnels et ça continue pendant l’allaitement.”Tu devrais éviter le jus de raisin, c’est très sucré”, “Comment ça tu bois deux cafés par jour, et ton bébé tu y penses ?”. Bref, pas facile de faire le tri entre les vraies recommandations et les conseils parfois sans fondement de notre entourage. Déjà rassurez-vous, même si vous ne mangez pas certains aliments, votre lait sera tout de même de qualité et permettra à votre enfant de bien se développer. Le maître mot, c’est un régime sain et équilibrée. Comme le rappelle la Leach League sur son site : “Chaque femme peut choisir le régime qui lui est le plus adapté, en fonction de sa culture, de son mode de vie, de ses préférences personnelles et des informations dont elle dispose.”

Toutefois, certains aliments doivent faire l’objet d’une attention particulière.

Les aliments à consommer avec modération

Une alimentation variée est toujours le meilleur choix, car vous apportez à votre enfant tous les nutriments et vitamines nécessaires, en l’habituant à digérer et à entraîner son système digestif. Cependant, il y a des aliments à consommer modérément pendant l’allaitement, car ils peuvent altérer trop le goût du lait et le rendre désagréable pour le bébé. Il s’agit en particulier de :

  • choux
  • brocoli
  • asperges
  • artichauts
  • ail cru
  • oignon cru
  • épices à saveur très forte (curcuma, piment, etc…)
  • légumes amers

De même, les fruits de mer, par exemple, doivent être consommés avec modération et occasionnellement car ils peuvent causer des allergies.
En revanche, la consommation de produits à base d’arachides (cacahuètes, amandes etc.) pendant l’allaitement n’expose pas l’enfant à des risques d’allergie. Cela serait même le contraire selon une étude publiée en 2017 par le Journal of Allergy and Clinical Immunology.

Certains aliments sont à bannir quand on allaite

Certains poissons potentiellement contaminés par des polluants sont à bannir pendant l’allaitement. On parle du brochet, de l’espadon, du caviar. Le foie de poisson est également à supprimer de la consommation d’une maman allaitante. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’Agence du médicament (ANSES) qui recense la liste des poissons exposés au Methylmercure.

Le soja, en raison de la présence de phyto-œstrogènes, est également déconseillé. Ces substances passent en effet dans le lait maternel.

Que faut-il éviter de boire pendant l’allaitement ?

Les spécialistes recommandent de boire beaucoup d’eau, car c’est le principal composant du lait que vous donnez à votre bébé chaque jour. Et les autres boissons ? Lesquelles faut-il éviter ?

– On limite les boissons trop sucrées, comme les jus de fruits emballés et les smoothies. En général, c’est une bonne idée d’éviter les sucreries trop élaborées et trop grasses, et il en va de même pour les boissons trop gourmandes.

– L’alcool doit être oublié parce qu’il passe presque complètement dans le lait. La consommation d’alcool peut perturber le rythme de sommeil du bébé, réduire la production de lait, augmenter le risque d’hypoglycémie et peut affecter le développement du nouveau né. Mais ne tombons pas dans la psychose, un verre de vin de temps en temps est autorisé. Alcool info service recommande pour l’allaitement de “boire modérément (un à deux verres maximum), exceptionnellement (une à deux fois par semaine) et de préférence après une tétée. Ainsi, dans l’idéal il faut attendre entre 2 et 3 heures après une consommation modérée d’alcool avant de redonner le sein.”
Et si vous prévoyez de participer à une fête qui risque d’être très alcoolisée, tirez votre lait avant (vous pouvez le conserver au congélateur ou au réfrigérateur) et attendez 12 heures après la fête avant de redonner la tétée à bébé.

– Le café et le thé sont également autorisés, mais avec modération. On conseille pas plus de 3 tasses de café par jour.

Par ailleurs, il n’a pas été démontré que la consommation de lait aidait la mère à produire plus de lait maternel.

Partager Sur :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *