Et si bébé ne marche pas à quatre pattes ?

Et si bébé ne marche pas à quatre pattes ?

Le “quatre pattes” survient entre la période pendant laquelle bébé se tient assis et la marche, soit entre 8 et 12 mois. Le “quatre pattes” serait lié à une meilleure coordination des deux hémisphères du cerveau, essentielle pour le développement de la vue et de l’équilibre, l’orientation et même le toucher et la motricité fine des mains (qui aidera ensuite à l’écriture).

Aujourd’hui les familles sont moins nombreuses qu’avant (moins d’enfants), les bébés peuvent donc se promener dans toute la maison avec plus d’aisance et d’espace, tout en étant toujours surveillés par quelqu’un qui les aidera dans leurs déplacements. Quand bébé commence à se déplacer seul, mieux vaut l’aider plutôt que le forcer à faire du “quatre pattes”, à ramper ou à se retourner. Pas d’urgence, votre bébé arrivera un jour à se mettre debout et à faire quelques pas en s’appuyant sur un meuble jusqu’à marcher seul. Il faut respecter son rythme. Pour que tout se déroule correctement, bébé doit passer du temps dans son berceau ou dans le parc, toujours sur une surface plate mais pas dure afin qu’il puisse tester son adresse.

Toutefois, certains enfants ne passent pas par la case “quatre pattes” et passent directement de la phase “assise” à la marche, sans qu’il n’y ait de conséquences graves sur son développement. Chaque enfant ne passera pas par le même apprentissage.

Une étude menée en 1988 par le neurologue Emilio Fernandez Alvarez s’est intéressée à la marche d’enfants uniques dont la mère travaillait ou non. A l’époque, on pensait que l’enfant d’une mère travaillant hors du foyer était moins stimulé qu’un enfant d’une mère au foyer et que cela se reflètait donc sur son développement psychomoteur. Mais les résultats de l’étude du Dr Alvarez sont venus contredire cette affirmation. En effet, 75 % des enfants de mères actives ont commencé à marcher vers les 9/10 mois, contre 55 % pour les enfants de mères au foyer. Les auteurs de l’étude en ont conclu que la qualité de l’attention portée par les mères actives à leurs enfants était plus grande que celle portée par les mères au foyer. Les mères actives mettent à profit le temps qu’elles consacrent à leurs enfants.

Partager Sur :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *